La montée vers le Port d’Aste se fait tout en douceur, on s’élève petit à petit au dessus de la vallée d’Ossau au tempo de nos pas. Les montagnes se présentent avec enchantement, au dernier lacet le spectacle est grandiose.

Cette lumière froide d’hiver nous fait du bien, le soleil qui nous réchauffe pas suffisamment nous pousse à presser le pas jusqu’au Port. Un petit coucou au  Moule de Jaut avant de redescendre jovialement derrière le Pène.