La journée est prévue morne, puis vers le milieu de l’après-midi, les nuages se décomposent, se déchaînent, s’éparpillent majestueusement… La lumière est puissante. Je pars directement vers le chemin de l’Escudé, sur les hauts de Coarraze, d’Igon et de Montaut. Je ne sais pourquoi, par instinct, intuition et/ou connaissance des changements d’atmosphères béarnaises.

Le choix était le bon, la chance était également avec moi et les circonstances, aggravantes.